Il me manque le A est une série performative se déclinant en trois étapes.

 

Ce projet s’ancre dans une réflexion polymorphe autour de l’intime et d’ouverture à l’autre. Au départ, Il me manque le A suggère un lipogramme lié à mon identité, à mon nom de famille. En ayant recours à la performance comme territoire d’exploration, je mets en place un espace métaphorique propice à la découverte d’un soi affirmé, complet. En passant par le cheval et ses diverses incarnations, je me donne la possibilité d’explorer non seulement la relation entre l’homme et l’animal mais également ma propre identité et ce, à plusieurs niveaux (intimes, familiaux, sociaux).

crédits photo : Marie-Pier Meilleur

zeus
ripa